Élections régionales de 2021 en « Outremer ». La surprise du dégagisme ?


Les élections régionales et départementales qui devaient se tenir en France en mars 2021 ont été déprogrammées en raison de la crise sanitaire liée au Covid19. Elles se sont finalement déroulées aux dates du 20 et 27 juin 2021. Avec une abstention historique dans l’Hexagone de près de 70 % : 2 citoyens sur 3 n’ont pas voté.

Si les medias mainstream ont cité le cas de la Réunion qui a basculé à Gauche, les territoires, dits ultramarins, sont passés comme d’habitude sous les radars.

Et pourtant.

Le vent du dégagisme a-il soufflé sur l’ « Outremer » ?


Medias séparatistes


Une élection en dehors de l'Hexagone et de sa grille de lecture.


Pour les medias mainstream, les politiques, les institutions qui positionnent départements et autres ultramarins dans le même sac en les plaçant sur une carte géographique dite de France, au gré du vent et à gauche à droite, sens dessus-dessous et up side down, dans les environs et autour de l’Hexagone et de la Corse quand ils y pensent, ces élections qui se sont tenues loin d’au moins 8 000 km d’eux ne valaient pas un clo

Ainsi s’agaçait sur les réseaux sociaux le très actif député, France Insoumise, de La Réunion, Younous Omarjee, lorsque cette image apparut au lendemain des élections :


« Qui sont les séparatistes ? Les Outremers n’existent pas dans le @le_Parisien, et en réalité n’intéressent pas davantage dans le reste des médias, y compris du pôle public @franceinter »


Quel « Outremer » selon le Code électoral était concerné par ces élections ?


Les 20 et 27 juin 2021 (et dates en fonction du décalage horaire) étaient élus les représentants et membres des Conseillers régionaux (Guadeloupe, La Réunion), des Collectivités territoriales et Assemblées (Martinique, Guyane).

Tandis que les collectivités de Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Nouvelle Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna sont exclues de ces élections.


Et pourtant, la surprise venait de là-bas


Et pourtant, la seule surprise de ces élections vient de cet Outremer, indiquait Edwy Plenel de Mediapart en relayant l’article de Julien Sartre qui y emploie encore le terme colonialiste de « métropole ».


« Les seules surprises des #regionales2021 viennent d'outre-mer : #REUNION avec @HuguetteBello la gauche met fin à 12 ans de droite #GUYANE l'union de la gauche l'emporte avec @GabrielServille #MARTINIQUE le PPM @SergeLetchimy reprend la région ».

.

Notons cependant que la région en question n’était pas de droite mais de la gauche indépendantiste.



Et pourtant, le taux d’abstention était moins élevé là-bas


Les élections régionales de 2021, scrutin proportionnel à 2 tours, nécessitaient une participation d’au moins 25 % des électeurs. Le second tour des régionales concerne les listes qui ont obtenu plus de 10 % des voix au premier tour. Les listes ayant obtenu 5 % des voix sont appelées à fusionner si nécessaire.


Le taux de participation des électeurs en « Outremer » aux élections régionales 2021 était ainsi de :


Au 1er tour

  • Guyane (4 listes) : 34,79 %

  • Guadeloupe (12 listes) : 30,77 %

  • Martinique (14 listes) : 32,45 %

  • La Réunion (11 listes) : 36,46 %

Au 2nd tour

  • Guyane (2 listes) : 46,78 %

  • Guadeloupe (2 listes) : 36,88 %

  • Martinique (4 listes) : 44,83 %

  • La Réunion (2 listes) : 46,50 %


Les résultats des territoriales en "Outremer


Le second tour des élections régionales concerne les listes qui ont obtenu plus de 10 % des voix du premier tour. Les listes ayant obtenu 5 % des voix sont appelées à fusionner si nécessaire.

À l’issue du second tour des régionales, sont élues les listes arrivant en tête (la majorité de 50 % des voix n’est pas obligatoire).


Résultats définitifs

  • Martinique : dans un pays votant toujours à gauche., la gauche reste au pouvoir. La gauche radicale n'est dépossédée de son titre que d'une différence de 1% des voix en faveur de Serge LETCHIMY contre Alfred MARIE-JEANNE

  • La Réunion : la liste d'union de gauche, derrière Huguette BELLO, remporte la victoire contre la droite et ses soucis judiciaires.

  • Guyane : le nouveau parti autonomiste de Gabriel SERVILLE, soutenu par Christiane TAUBIRA, fait alliance et remporte la victoire.

  • La Guadeloupe, qui a pourtant connu ces heures d’indépendantisme, a donné une victoire écrasante au successeur de Victorin LUREL, Ary CHALUS, malgré ses soucis judiciaires, faisant d’elle la seule région remportée par LaREM.