19 mai 2021. La France et le grand basculement. Quel est donc ce régime ?

19 mai 2021. Des forces de l'ordre devant l'Assemblée nationale et des représentants politiques perdus.


Ce devait être une manifestation en mémoire de Stéphanie Monfermé et d’Eric Masson, tué le 5 mai 2021 à Avignon tandis que Macron célébrait le bicentenaire de la mort de Napoléon, auteur de crime contre l’Humanité.

Ce fut une manifestation de couleur bleue dans laquelle représentants socialistes, écologistes et communistes marchèrent côte à côte avec le Rassemblement National, soutenue par le pouvoir exécutif invectivant le pouvoir judiciaire au pied du pouvoir législatif.



Bas les masques


L’approche des élections présidentielles de 2022 ne peut en aucun cas être une excuse pour ceux qui jadis portèrent les couleurs de la Gauche.

L’acte fut volontaire. Les tracts des syndicats de police, bien lisibles, avaient pourtant annoncé la couleur : exigence d’un Observatoire de la réponse pénale et sa mise en place dès le 1er juillet 2021, une simplification de la procédure pénale, des peines planchers pour les agresseurs des forces de l’ordre...


Désormais, toujours à la traîne de l’Extrême-droite, ces politiques ne se sont pas bouché le nez. Ils ont ouvert leur bouche pleine de déjections pour applaudir des deux mains et en y allant de leurs propres propositions nauséabondes.


Sans masques en pleine pandémie et avec des embrassades.


Et les digues sautèrent


Si cette mobilisation s'avère très efficace et très forte aujourd'hui, les digues céderont, les digues, c'est-à-dire les contraintes de la Constitution, les contraintes de la loi. lançait François Bersani, Unité-SGP Police Yvelines.

Et le vociférateur fut acclamé.

Le problème de la police, c’est la Justice ! 


Le 19 mai 2021. Olivier Faure. Sous les drapeaux d’Alliance


Interrogé par BFMTV, Olivier Faure, portant atteinte directement à la Constitution et à la sacro-sainte séparation des pouvoirs, a estimé que les forces de l’ordre avaient de facto un pouvoir judiciaire puisqu’elles "avaient le sentiment d’être dépossédées des peines qui sont ensuite administrées aux prévenus… aux condamnés" .

Il a ainsi assuré, lors de sa descente dans les abysses, que désormais les forces de l’ordre devaient pouvoir juger et surveiller les juges et leurs procédures car elles devaient avoir un droit de regard sur les décisions judiciaires.


Elles doivent pouvoir suivre, continuer à avoir un avis sur la question et je dirais même jusqu’au moment des aménagements de peine et avoir droit de regard , qu’elles puissent suivre, continuer à avoir un avis sur la question  et je dirais même jusqu’au moment des aménagements de peine sur les peines prononcées par la justice. Et ce, jusqu’aux aménagements...


Carole Delga, quant à elle, dans sa tribune pour une marche ayant étiquette "citoyenne " lance un vibrant "Je suis des vôtres" aux forces voulant mettre à bas la Constitution.


Exit le Parti Communiste avec Fabien Roussel, le Pari Socialiste avec Olivier Faure, Anne Hidalgo et leurs paires. Europe Écologie Les Verts avec Yannick Jadot et Delphine Batho.



19 mai 2021. #ManifDeLaHonte




Le 19 mai 2021, cette #ManifPolice fut le meilleur coup et à jamais de l’Extrême droite. Et de Macron.

Et sans la présence de Marine Le Pen qui avait dépêché massivement ses troupes pour soutenir des forces de l’ordre, qui votent pour elle à 74 %, et qui devait boire du petit lait en les regardant et en les écoutant depuis la Gironde où elle était en déplacement.


RIP le PC. RIP le PS qui est déjà dans les abysses depuis son histoire de Déchéance de la nationalité et ses 6 % aux élections présidentielles avec Bernard Hamon. RIP EELV qui ne fait que surfer sur la vague écolo de Greta.


Le 20 mai 2021. Olivier Faure. Sous le drapeau de Twitter


Après le tollé provoqué sur Twitter par ses propos, Olivier Faure, tentant de se rattraper aux branches s'écria :

Je veux être clair. Mon expression « droit de regard » de la police était malheureuse. La démocratie fonctionne avec des institutions où le rôle de chacun est défini, et les pouvoirs séparés. Jamais je ne transigerai avec ces principes. Commissions pluridisciplinaires uniques qui évaluent la dangerosité ou la vulnérabilité des détenus, examinent les parcours d’exécution de peine. 

Des explications après coup qui ne valent pas un plat de lentilles. Par ceux qui n'ont pas voulu être présents aux côtés des manifestants antiracistes après la mort de George Floyd.


Quel est donc le nom de ce régime ?


Quel est donc le nom ce régime dans lequel la police donne ses instructions au pouvoir exécutif en matière de politique pénale ?

Quel est donc le nom de ce régime dans lequel la police dicte au pouvoir législatif le contenu des lois ?

Quel est donc le nom de ce régime dans lequel la police chie sur le pouvoir judiciaire ?

Quel est donc le nom de ce régime dans lequel la police réclame pour elle l’impunité totale  ?


13 mars 1958. La manifestation des policiers et le glas de la IV République


Le 13 mars 1958. La grande manifestation. À l'appel du Syndicat Général de la Police (SGP), une manifestation illégale pour la hausse des salaires et primes est organisée dans la cour de la Préfecture de police (article du Figaro).

Accompagnés de sifflets et de sirènes d’alarme, bientôt des milliers de policiers se retrouvent devant l’Assemblée Nationale, une Assemblée dont le poids est politiquement épuisé. Des forces mobilisées pour activer la fin d’un régime parlementaire dans un contexte de faiblesse de l’Etat.

Vendus, salauds! Nous foutrons même une grenade au Palais-Bourbon ! crient certains.



Et le Préfet de police, André Lahillonne, démissionnaire, fut remplacé par Maurice Papon.


Maurice Papon, impliqué dans la répression sanglante de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée par le Front algérien de Libération nationale (FLN), puis dans celle du 8 février 1962 organisée par plusieurs syndicats et le Parti Communiste Français (PCF) pour protester contre l'Organisation de l'armée secrète (OAS) et connue sous le nom d'affaire de la station de métro Charonne.

Maurice Papon, condamné le 2 avril 1998 à une peine de 10 ans de réclusion criminelle, d'interdiction des droits civiques, civils et de famille pour complicité de crimes contre l'humanité par la Cour d'Assises.


4 octobre 1958. La Constitution et la Vème République


La Constitution de 1958, toujours actuelle, est rédigée après la grande manifestation des policiers, en pleine guerre d'Algérie, dans le but de mettre fin à l'instabilité gouvernementale et au risque de coup d'État militaire.

Arrive ainsi au pouvoir, Charles de Gaulle, Président de cette Vème République.


La résistance après la #ManifDeLaHonte


Tribune de Elsa Faucillon, député communiste : Pourquoi je n’irai pas manifester auprès des policiers


Mediapart : Je n'ai jamais eu aussi honte du PS.



Appel à manifester le 12 juin 2021 pour Les Libertés et cotre l’Extrême-droite.


Alexia de Saint John's