EGALITE AVEC LES ULTRAMARINS

EGALITE ET ECOLOGIE

1. REFORMES AGRAIRES. INIQUITES

Qui sait que c'est seulement en 2017 que l'article 41 de la loi n°285 du 30 avril 1849, prévoyant l'indemnisation des colons à la suite de l'abolition de l'esclavage, a été supprimée ?

Les iniquités foncières et agraires ont 2 sources.

   1. Elles découlent très directement de la période esclavagiste et des modalités de sortie de l’esclavage.

Dédommagement des maîtres : 150 millions de francs (5 milliards d'euros d'aujourd'hui) versés par l'Assemblée Nationale pour 250 000  esclaves.  5% de rente annuelle (6 millions de francs).

Aucun dédommagement pour les esclaves : ils avaient la chance d'avoir été libérés. Aucun partage de la terre.

Exemple : 3 000 descendants d'esclavagistes et de colons ont la main mise, directement ou indirectement, sur l'ensemble de l'économie de la Martinique (360 000 habitants) y compris la production plantationnaire.

   2. Elles découlent de l'économie de logique coloniale tournée vers l'exportation (canne à sucre, bananes, ananas…).

 

Ces iniquités appellent donc des réformes exigeantes que l'on ne peut traiter par-dessus la jambe.

 

2. REFORMES AGRAIRES. LES CLÉS.

Des remembrements fonciers selon Christiane Taubira, pour permettre aux descendants d'esclaves d'accéder au foncier.

Une réforme agraire selon les revendications de la jeune génération.
 

3. POLLUTIONS. CHLORDÉCONE ET SARGASSES.

Une pollution des yeux, du nez, des corps, de la santé, de la faune, de la flore, pour plusieurs générations,  et dont ne semble guère soucier les instances en place.

LE CHLORDÉCONE

Le chlordécone ? Une fois de plus, un exemple flagrant de l’inégalité de traitement des citoyens.

Nous estimons extrêmement urgent pour la France, qui souhaite Make Our Planet Great Again, de s’occuper de ses départements et de l’empoisonnement des terres, de l’eau et des hommes par le chlordécone, cet insecticide toxique autorisé par Jacques Chirac en 1972 dans les départements ultramarins, en dehors de toute réglementation sérieuse et malgré son interdiction en France depuis 1990.  

À moins que la France ne se résume qu'à l'Hexagone.

LES SARGASSES

L’urgence est la même pour les sargasses.

Depuis 2011, les sargasses échouent de plus en plus sur les plages du littoral (jusqu’à 40 000 tonnes à la Guadeloupe), empêchant l'accès à la mer et empestant les Ultramarins de leur odeur nauséabonde.

Parallèlement, et liée à ce phénomène, empoisonnés au chlordécone, les lambis qui faisaient barrage aux sargasses disparaisssent progressivement.

À tout cela s'ajoute la nouveauté de ces dernières années, des vents de sable jaunâtre venu d'ailleurs.

 ET POURTANT

Les départements ultramarins ont des atouts indéniables qu’il convient de protéger et de mettre en valeur car enjeux essentiels du développement durable.

  • Les énergies renouvelables

  • L'économie bleue

  • La biodiversité terrestre et son exceptionnelle richesse faite de milliers d'espèces et habitats naturels (...

 

À NOUS DEMAIN, nous estimons que le développement économique ultramarin passe par ces entreprises de demain, à l'écart de toute spéculation, dont la multiplication doit s'accompagner d'une politique de réforme agraire et de réappropriation des terres.